Recherche d’actifs

Il existe plusieurs circonstances qui nous amènent à rechercher des actifs. Vous envisagez une action en justice et souhaitez savoir si cette action vaut la peine d’être lancée. Vous avez peut-être obtenu un jugement en votre faveur et vous cherchez à l’exécuter. Vous disposez d’une garantie sur des actifs et souhaitez vérifier leur existence. Dans tous ces cas de figure, nous sommes en mesure de vous fournir des renseignements vous permettant de prendre la décision appropriée.

La plupart des dossiers de recherches d’actifs impliquent une recherche multi-juridictionnelle et souvent des enquêtes dans des paradis fiscaux offshore où l’information publique est limitée.

Dans de tels cas, nous nous appuyons sur notre réseau de contacts; ceux-ci peuvent fournir des informations utiles grâce à leur connaissance et à leur relationnel local.

Etudes de cas

Un groupe de créanciers d’une société en faillite nous a demandé de rechercher des actifs cachés. Notre enquête s’est focalisée sur l’Europe, les paradis fiscaux offshore et les pays des marchés émergents. Nous avons identifié des dizaines de millions de dollars transférés à travers des sociétés fictives.

 ———-

Une banque du Moyen-Orient avait accordé un crédit supplémentaire à un client américain qui l’avait utilisé pour conclure des contrats. Suite à des pertes croissantes, la banque décida d’imposer une garantie personnelle. Le client prétendit ne pas avoir suffisamment d’actifs pour y répondre. L’enquête de Bishop International a identifié plusieurs propriétés importantes aux États-Unis ainsi qu’une propriété en Europe qui abritait une collection d’art de valeur. Par conséquent, la banque a donc pu négocier le remboursement.

 ———-

Une banque internationale majeure avait racheté une petite banque du Moyen-Orient. Suite au rachat, l’acheteur a découvert que la valeur avait été surestimée et que l’institution acquise ne valait que la moitié du prix payé. Avant le lancement d’une procédure, la banque internationale souhaitait savoir si le vendeur avait encore des actifs suffisants pour justifier son action en justice. Bishop International a confirmé l’existence d’actifs, ce qui a motivé la banque à agir et à gagner une somme importante devant la cour d’Arbitrage.